12.8.14

22. Jean-Paul Gavard-Perret _ 'La salle de jeu'

Existe-t-il d'autres passages ? Je me suis vu en elle. Je ne suis plus personne, j’appartiens au monde nocturne où la lune de ma mère ploie. Je suis sa mélancolie du monde lorsque sa soie glisse encore de son fantôme. Je suis son œuf dur, son manque de peau, son lent beau au Zizi pas top. Je suis charpie plus que bloc. Je fais rien de mes reins, je ne suis pas Elvis. Mais par glotte alunissons. Visage pâle, yeux cernés de cerneaux et de crampes qui descendent jusqu’aux génitales party à l’appétit Capri cieux. Mes angoisses sont notables et ma faiblesse générale. Que faire de mon mou de ventre ? « C’est pas la mère à boire » dit la suce dite en espérant que je m’occupe du sien. A rough boy sauve qui peut. Son con stipé il n’était d’abord pas question de le laper. Mais il fallait que vieillesse se passe. Extenfion, flexion, fiction, piston, ça vient, ça déborde. C’est puant du moins au début et les draps s’en teignent. Fluctuat ex merdgitur jusqu’à dégobiller. Souffle dit-elle souffle au con, sexion hâte un, deux, jusqu’à ce que la bouche fasse bouchon. Typhon, cyclone, trombe, cris accroupis, ras l’bazar et l’orifice. Danser encore danser du museau qui traque la chapelle systite jusqu’à y mettre le feu avant la raie qu’on panse. Se faire branler aussi. En main sperme pisse puis mère mâche le fretin avant que le violent scelle et arrache ce qui reste de gaine. Femme remue qu'peine et déjà ça revient. Merde-mère : être encore à sa main. Le poing fourré dans son vagin gobant tout jusqu’à lâcher les chiens. Elle criant de ne rien changer puisque ça vient. Tirant sa fente pour que le tertre soit encastré par bing et bang dans le miellopé. Devant le cul de poule ça sent la poudre aux œufs. Vrombir, tartiner, gommer et dégommer. Avant la giclée du pire sans respirer dans le joint de culasse, tout ça en gros dégueulasse. Dans la gadoue du lit crème affreuse. Carotte à l’étouffée, pi dans la chatte : sauce blanche, haut l’écœure. L’épi s’y mouille et s’enfonce dans la hure. Il entre aux entrailles tandis que la langue maternelle jette ses gloria. Glotte en haut, vent en bas. Au dodo dans le lit c'est l’alibi. Fion giboyeux s’excite, s’époussexe, se torche et se calibre. Qu’on nous jette un seau pour nous dégager de la bave et des fraises écrasées du sperme, il y en a ras la mère. Derrière, dedans, dessus jusqu’à la sainte hure. J’aurai écris tout ça pour que tu le saches ou que ton con prenne. Vois ce que je suis devenu : élœufant qui saigne comme tu as saigné. Cancre las et sépia. Plus mouillé qu’hier et bien moins que demain. Croix de bois, croix de mère, si je meurs j'irai en enfer. Je suis l'enfant dit de l’homme mais qui n’est que de la mère. Honte, honte sur lui. Il rêve de la baiser comme se baise un lait preux.

Jean-Paul Gavard-Perret

1 commentaire:

[ka] Aaron Mirkin Adham Alain Helissen Alessandro Bavari Alexa Wilding Alexandra Fontaine Alexandra Kalyani Alx P.op Angèle Casanova animation Annabelle Verhaeghe Antonella Eye Porcelluzzi Antony Micallef art contemporain Aziz Zaâmoune Baby Scream bande dessinée Benjamin Hopin Bissecta de Kinsâme Bruno FortuneR Catherine Estrade Catherine.P chanson Chloé Charpentier Chloé Wasp Chris Mars Christene Hurley Christophe Siébert Christopher Arcella Claire Hurrimbarte Claire Sauvaget Claire Von Corda Clara Engel clik vanzenovitch clip Cloud Seeding court métrage danse dessin Dim Media Dream of Electric Sheep Enki Ashes Erik Johansson Evan Scott Russell Florent Tarrieux Gabriel Henry Gaël Chapo graphisme Heart of Hearts Heeran Lee Hourra Marinella Hugo Dietür image izaniam zianam Jacques Cauda Jean-Christophe Liénard Jean-Paul Gavard-Perret Jean-Pierre Parra Jean-Sully Ledermann Kat Gogolevitch La Sucrerie Laurent Heller Le Manque Lettercamp c/o Escalofrio lithium idols a.k.a. david spailier littérature long métrage Lonz Lorem Louise Vertigo LWO malmo Marc-Henri Arfeux Marianic Parra Marissa Nadler Marjorie Accarier Maša Kores Miao Jiaxin Michel Meyer MorrisonDance Muerto Coco musique musique électronique My Own Cubic Stone Nadine Carina Nils Bertho Nina Paley No Way Out nobodisoundz nouvelle OBSCURESCENCE [Alain Detilleux] Odkali de Cayeux Olivier Warzavska (AKA Walter Van Der Mäntzche) Paola Suhonen peinture performance Philippe Jozelon Philippe Lamy photographie Pierrette Cornu poésie poésie sonore sancar dalman SandinoSéchiant Sandrine Deumier Scott Radke sculpture Sébastien Loghman See Real Snowdrops Sonologyst Stéphane Bernard Teklal Neguib texte The Chrysdoll Project The Physical Poets théâtre Thierry Théolier Totem Ullapul vidéo Vincent Motard-Avargues Vitriol Hermétique Wim de Vlaams Yann Hagimont Yentel Sanstitre Yod@