9.4.17

139. Claire Von Corda _ 'Noël mon amour'

Il n'y aura plus de combat. Il n'y aura plus de chose qui en vaille la peine. Il n'y aura plus de je me battrai pour nous. 
Il n'y aura plus. 
Plus de promesse, plus de meilleur lendemain, plus de tout ira mieux, ne t'en fais pas (tout ira mieux).

Nous sommes dans un entre-deux. Dans un stand-by. Nous attendons. Dans un sas de politesse, nous attendons. 
Nous sommes dans un entre-deux. En attente. Nous sommes mis sur pause, dans un sas de politesse, un sas de sécurité, nous sommes mis sur pause.
Et le sas est étroit. Les murs laissent passer l'eau, les murs sont humides, les murs suintent le béton, et le sas est étroit. La vitre est fumée, la vitre est teintée, la vitre est noircie, elle ne s'ouvre pas, la vitre, la vitre est noircie.

Il n'y aura plus de projet à deux. Il n'y aura plus de dune sur les week-ends. Il n'y aura plus d'envie de nous sauver. 
Il n'y aura plus.
Plus de foi en nous, plus de croyance d'être meilleur, mieux, plus de noyade à éviter.
La bataille n'aura pas lieu. Le meilleur est à passer.
Et les prières jamais ne seront entendues. Jamais. Et nous attendons et la fin commence. Nous nous regardons et nous attendons.

Le sas est fermé. L'air est possible. Le toit est haut. On voit au travers des vitres. On voit au travers. L'extérieur on l'entend, l'extérieur du dedans. Le bouton d'ouverture est bloqué. La caméra de surveillance est éteinte. Nous regardons en face. Nous attendons. 
Le deuxième corps ne nous gêne pas, le deuxième corps n'existe pas. Ni du bien ni du mal, le deuxième corps. Rien n'est en apesanteur, le poids de la gravité se fait sentir.

Il n'y aura plus de je mourrai pour toi. Il n'y aura plus de je te sauverai. Il n'y aura plus de bons moments, que des mauvais endroits, que des c'est malheureux. Que des j'ai essayé, j'ai essayé, bordel, j'ai essayé mais je n'y arrive pas, je n'y arrive pas, je n'y arrive plus. Que des maladresses dans les mots, que des humiliations dans les corps. Que des pardon, je n'aurai pas dû, pardon.
Il n'y aura plus.

Nous sommes dans ce sas. Hermétique. Qui est dans cette banque. Hermétique. En friche, à l'abandon, la banque. À l'abandon. Les comptoirs sont vidés, les lumières éteintes, les employés partis. La banque a fermé. Les murs ont terni. L'électricité est coupée. Et nous attendons.
Les agents de sécurité qui chassent les intrus dans les sas bloqués.
Nous attendons.
Nos têtes sont closes et nos bouches nues. Nos regards braqués sur le guichet d'accueil à l'abandon. En déroute. Hermétique, le guichet. Hermétique. Sur le guichet d'accueil déserté.
Nous attendons.
Les touches ne fonctionnent plus, les touches ne répondent plus. Hermétiques, les touches.
Nous attendons.
Et les deux corps se demandent quand est-ce que la fin commence, quand est-ce que la fin arrive. 
Et les deux corps se rassurent en se disant qu'un jour ils seront seuls. Et les deux corps se rassurent en se disant qu'un jour ils seront libres/déliés.

Il n'y aura plus de futur. Il n'y aura plus d'anniversaire. Il n'y aura plus la possibilité d'un ailleurs, d'une île. Les années ne se compteront plus. Et les jours passeront identiques aux précédents.
Il n'y aura plus.

L'herbe est coupée. Le magasin est fermé. Le local est à vendre.


Claire Von Corda

1 commentaire:

[ka] Aaron Mirkin Adham Alain Helissen Alessandro Bavari Alexa Wilding Alexandra Fontaine Alexandra Kalyani Alx P.op Angèle Casanova animation Annabelle Verhaeghe Antonella Eye Porcelluzzi Antony Micallef art contemporain Aziz Zaâmoune Baby Scream bande dessinée Benjamin Hopin Bissecta de Kinsâme Bruno FortuneR Catherine Estrade Catherine.P chanson Chloé Charpentier Chloé Wasp Chris Mars Christene Hurley Christophe Siébert Christopher Arcella Claire Hurrimbarte Claire Sauvaget Claire Von Corda Clara Engel clik vanzenovitch clip Cloud Seeding court métrage danse dessin Dim Media Dream of Electric Sheep Enki Ashes Erik Johansson Evan Scott Russell Florent Tarrieux Gabriel Henry Gaël Chapo graphisme Heart of Hearts Heeran Lee Hourra Marinella Hugo Dietür image izaniam zianam Jacques Cauda Jean-Christophe Liénard Jean-Paul Gavard-Perret Jean-Pierre Parra Jean-Sully Ledermann Kat Gogolevitch La Sucrerie Laurent Heller Le Manque Lettercamp c/o Escalofrio lithium idols a.k.a. david spailier littérature long métrage Lonz Lorem Louise Vertigo LWO malmo Marc-Henri Arfeux Marianic Parra Marissa Nadler Marjorie Accarier Maša Kores Miao Jiaxin Michel Meyer MorrisonDance Muerto Coco musique musique électronique My Own Cubic Stone Nadine Carina Nils Bertho Nina Paley No Way Out nobodisoundz nouvelle OBSCURESCENCE [Alain Detilleux] Odkali de Cayeux Olivier Warzavska (AKA Walter Van Der Mäntzche) Paola Suhonen peinture performance Philippe Jozelon Philippe Lamy photographie Pierrette Cornu poésie poésie sonore sancar dalman SandinoSéchiant Sandrine Deumier Scott Radke sculpture Sébastien Loghman See Real Snowdrops Sonologyst Stéphane Bernard Teklal Neguib texte The Chrysdoll Project The Physical Poets théâtre Thierry Théolier Totem Ullapul vidéo Vincent Motard-Avargues Vitriol Hermétique Wim de Vlaams Yann Hagimont Yentel Sanstitre Yod@