10.12.14

37. Hourra Marinella _ 'La société initiale, ou primitive, est peuplée de chasseurs et de castors'

La société initiale, ou primitive, est peuplée de chasseurs et de castors. Le temps social de la société initiale, ou primitive […] n'est rudimentairement habité que de chasseurs et de castors

                    je ne connais que les casseroles en céramique réfractaire […] mais c'est déjà beaucoup me direz-vous
                    et
                    c'est avec un plaisir tout particulier, dont j’espère vous faire comprendre ici la nature […] dont les lèvres constituent un chant
                              un chant, un cadavre
                              un chant

le monde n'a pas été créé
[…] nous avons créé le monde
que nous créons
nous avons créé l'histoire que nous créons
(du monde) […] et la révolution que nous créons
nos inventions (le monde et la révolution) sont sorties tout droit de nos têtes (nos têtes sortent tout droit de nos têtes) : par la grâce de notre invention

          arrivant de loin, vous voilà enfin (soyez vous-même, soyez endives, espèce de fascineur !) […] me donnant l'occasion de vous exposer aujourd’hui quelques-unes de mes conclusions
          émeute du monde que nous créons

l'aliénation de la langue (elle nous est donnée, nous la saisissons)
l'abolition de la langue
que nous abolissons (car nous sommes les abolitionnistes)
les humains, les abolitionnistes

car la connaissance n'est pas le lieu de l'émancipation (elle n'en est pas la formule du lieu) […] elle est entre autre un pur lieu de commerce […] face à l'abrutissement fasciste manifeste, auto-manifeste et auto-structurel, et auto-sanguin […] est le lieu qui s'auto-accumule, la connaissance

sous forme de chape (ce sera mon point de départ)
          […] l'abolition de toute chose connue est le lieu de l'émancipation, le retour à la nature de l'abolition de toute chose connue […] un triangle contient
tous les points de vue sur le monde dont chaque sommet en est la base
          la base et le passage
          et le forçage

la connaissance, l'avenir de la connaissance, car ça va arriver (l'avenir de la connaissance), la dissipation de la connaissance […] la barbe-à-papa-connaissance […] la voir non pas transformée en sa somme (élargie) mais en sa soustraction et en son évanouissement. Et en sa débilité absolue, en sa débilité éperdue, en sa couverture absolue (et éperdue), point par point […] point […] de la débilité

          car si tu penses depuis les parties nobles de ton corps (le cœur et le foie), ta pensée ne saurait prendre corps sans en rencontrer les parties dures (le crâne et les deux tibias)
          la vraie vie ne reviendra pas tant que nous n'aurons pas rendu à la mort sa place totale et centrale. Et pour ça, il faudra bien que chacun soit initié à sa propre mort
          en sa déprivatisation (ou démembrement) […] commençons

tu te réveillerais […] à chaque fois que tu te réveillerais, tu te réveillerais avec ton bâton de connaissance vide […] les ardoises sur lesquelles on écrit, les filets sur lesquels on attrape les papillons, vous êtes libre désormais (mes amis) […] les choses que t'avais sues, à chaque fois elles n'existaient déjà plus, elles existaient pour le temps de ta venue avec la connaissance […] et après que ta connaissance elle avait été venue avec toi, après qu'elle avait été faite (avec toi), elles n'existaient déjà plus (les choses) avec elle, ta connaissance. Les objets de ta connaissance on n'en avait plus jamais eu aucune trace. Ce qu'il reste c'est l'absence totale, continue et totale : automatique, d'aucune trace de ta connaissance, d'aucune trace des objets sur quoi elle portait. Mourir très vite, ne rien avoir à utiliser. Ne pas avoir à utiliser la valorisation de la connaissance : puisque la connaissance a pour premier et pour seul effet […] de s'auto-dissoudre (désormais) […] de s'auto-dissoudre de toute éternité est le seul effet qu'elle a […] mourir ça doit pas tarder pour les choses dès qu'elles sont sues […] pour toute chose dès qu'elle se sait […] mourir ça doit pas tarder avant même que les choses (i.e. les choses de la connaissance) elles peut être reproduites, avant même qu'on a l'idée […] mortifère […] de la reproduction élargie des choses (i.e. les choses de la connaissance). Bien au contraire, l'impensé, l'idée impensée mais qui arrive : c'est la reproduction rétrécie […] du savoir […] du savoir par rétractation, du savoir rétréci jusqu'à sa nullité totale. L'étendue du savoir connu sera totalement nulle, l'accumulation du savoir n'aura pas commencé dans leurs poches (à ceux qui l'accumulent dans leurs poches). L'individu, le citoyen, il aura pas une thune, et il aura pas une idée. Il aura pas un mot […] tout se fera donc sans un mot

          revoilà le premier décembre
          un passereau sur la palissade
          et le beau soleil de
          revoilà le premier décembre

personne pourra dire : j'aimerais être dépouillé de tout ce que je sais. Car en l’occurrence, il ne saura rien […] des Foucault et des Deleuze, il n'y en aura pas un, il n'y en aura pas un seul […] il y en aura aucun. Des prolos, des lumpen de la connaissance, il n'y aura qu'eux (il n'y aura que nous), des cannibales (alors dépouillés, nous le serons tous équitablement jusqu'à l'os, dépouillés du mot même) […] nous serons dépouillés de chez dépouillés

          les mots c'est cuit toujours plus ou moins mais c'est cuit

on pourra demander mais ils sont où
mais ils sont où
les prolétaires du savoir […] et tout de suite on aura déjà la réponse
[…] ils sont partout (nous sommes nous-mêmes partout)

pas d'émancipation totale de l'être, c-à-d de l'obscurité profonde, c-à-d des mots, c-à-d de la lumière réalisant l'obscurité totale des mots […] sans destruction totale de la connaissance […]
          […] c-à-d de la lumière réalisant l'obscurité totale des mots se réalisant, se rassemblant en une bonne fois au nom de sa réalité pour toutes (c-à-d au nom de son obscurité)

jetez les mots […] en un jet obscur […]
qui sont pourtant les seuls dés de la pensée

          nous sommes farcis et nous avons à nous défarcir […] de la connaissance qui est la preuve et la nature même de ce qui nous farcit
[…] s'accumule en nous sous forme de farce
et devient à force une chape de farce […] voilà sa limite, et voilà notre programme

le devenir chape de farce de la connaissance est-il ce que nous souhaitons ?
je crois que non. Nous ne souhaitons pas l'horizon de chape pour seul et unique horizon. Ce que nous souhaitons
ou ce que nous devons souhaiter de toutes nos forces :
c'est le devenir-ignorance […] le devenir qui part de zéro

          qui reste collé à son zéro

le devenir avec […] son zéro opposable (à tout coefficient multiplicateur). Coefficient, pourcentage, taux

la connaissance ne suffit pas (à l'action) […] elle se suffit à elle-même car elle n'a d'autre but qu'elle-même, car elle est la forme majeure, la forme dominante-sociale
          […] du capital […] en tant que produit élargi de lui-même

          car à qui sert la science

non seulement elle ne suffit pas, mais elle est même la définition du contraire
[…] de l'action […] est la définition de la confiscation (de l'action)

          […] l'ignorance est la totalité de ce qu'il faut au fascisme

                    […] la hiérarchie de l'ignorance,

                              est pure affaire de propagande, les jeunesses de l'ignorance

est ignorance de l'ignorance en bloc

          […] tandis que la connaissance est affaire privée
          l'ignorance est le partage possible
          (sur la base du communisme) (pas d'appropriation de l'ignorance)
          […] tandis que la connaissance est la réalisation de la plus-value
          (de l'intérêt privé) […] est la reproduction

le fascisme, ou obligation absolue de l'ignorance, inoculation absolue de l'ignorance, terminus tout le monde descend de l'ignorance, descend, cadenasse, se transforme en cadenas ignorant, se retrouve transformé sous la forme de cadenas à ignorance, à sa propre quantité d'ignorance (en fascisme l'unité de base est l'unité d'ignorance) (car en fascisme il reste une unité de base, artificielle et non-dépassable) […] alors que le communisme sera la nécessité reconnue de l'ignorance pour tous (dépossession à défendre et à agir) (en un mot à cultiver et à propager comme la poudre, si la poudre pouvait vouloir dire autodestruction). Il n'est pas vierge d'ignorance (i.e. le communiste) (i.e. le camarade), il en est pollué (i.e. Mallarmé) […] il en est cette pollution même

          hyperpolluante, contagieuse et non protégée porcherie (artisanale) d'ignorance, porcherie-concert

ignorance, autrement dit tout ce dont la valeur n'est pas exprimable, tout ce qui n'a pas d'expression […] ni expression ni constance
          tout ce qui est en dessous la limite de l'indicible, en dessous la dictature des ombres (communément appelées lumières)
          […] ce qui vit, c-à-d ce qui passe ou ce qui fuit […] ou ce qui vrouz
          ce qui ne constitue aucune quantité

connaissance, ou pogrom […] c-à-d ce qui constitue le corps social en tant que champ
d'immolation […] les dieux connaissent
          et c'est à ça qu'on les connaît
          […] ni d' ni maître
          […] et surtout ni science

le devenir, tout devenir dont on parle lorsqu'on parle avec le mot devenir, est le devenir petit-bourgeois. Ne pas devenir, ça veut dire ne pas devenir petit-bourgeois […] ou bourgeois. L'horizon des vies en devenir, des hommes et des femmes en devenir, l'horizon petit-bourgeois (ou bourgeois) des vies où le contraire est l'absence d'horizon

          […] but absolu et dernier de tout développement humain […]

          or la structure de l'horizon est la structure de la connaissance […] est l'horizon pillé par la connaissance, l'horizon de proie, l'horizon de butin et d'idéologie
          (car dans la structure de connaissance, et donc de bourgeoisie, toute grève est férocement réprimée) (cf. Leprince-Ringuet) […] l'horizon objectif et hiérarchal (selon les aptitudes et la compétence des individus) […] i.e. : ces robots foulant la poussière au prix de milliards de dollars, en fait la sueur et le sang de milliards d’hommes

          chaque connaissance acquise est acquise au profit d'un agent des mécanismes d’asservissement (toute preuve, toute argumentation dans le sens contraire
          est pur sophisme)

          […] l'ignorance, on l'appelle comme ça […] car nous sommes ignorants des contre-valeurs
          de nos rêves […] les dimensions,
          et les nombres

la connaissance qui s'arroge le droit de dire qu'est-ce qui existe, d'une part c'est fini […] premièrement c'est fini, qu'est-ce qui existe et qu'est-ce qui n'existe pas […] le droit de gouverner ce qui existe (à travers ses représentants officiels, patentés,
) n'existe que pour et par, par la soumission à sa patente […] dit qu'est-ce qui doit exister (elle-même) selon les lois propres à ce qui existe et qu'elle tire d'elle-même, qu'elle tire d'elle-même comme on tire un miroir […] et dit ce qui n'existe pas est le contraire de ce qui existe, dit
          si jamais ça existait (i.e. ce qui n'existe pas), ça constituerait (ça constituerait l'inconstituable) une pure et simple contradiction (un cas d'école de la contradiction) avec l'existence de ce qui existe et qui est la connaissance (des choses au niveau où elles existent) : ce serait une violation de la propriété d'exister, un communisme de la propriété d'exister

          un intérêt général de la propriété d'exister

des pans entiers de ce qui n'existe pas relèvent littéralement du blocage de la possibilité de l'existence
du fait de la connaissance, en tant que statu quo de la connaissance possible […] des pans entiers de ce qui n'existe pas mis bout-à-bout […] ce que je sais tient en une phrase : je veux votre bonheur de l'humanité
          constituent le vide sidéral stricto sensu […] un communisme de la propriété sociale d'exister […] un véritable communisme social […]
toi-même t'es interdit d'exister par la connaissance qui te truffe
de pied en cap (qui te truffe et qui te plie)
chacun est ainsi interdit d'exister par la fonction truffante de la connaissance, dont c'est d'ailleurs la seule et unique fonction, celle de te faire prendre en compte le fait que tu existes
[…] alors que tout compte fait, si tu crois que tu existes, ou que n'importe quoi existe, c'est exactement la preuve que t'es truffé de pied en cap, t'es sur ton socle de truffe plié

                    pans d'où
                    s'informe la poésie
                    […] et de vers où se forme

          on recommencera tout depuis le début.
          Dès que quelqu'un il saura quelque chose, dès qu'il aura appris un premier nom d'une chose
          il faudra que tout se mette en branle jusqu'à ce que tout le monde est au courant
          […] du premier nom
          il faudra qu'il attende que tout le monde a bien connu le nom de la chose, a bien compris
          avant de tomber sur un nouveau nom d'une nouvelle chose, si une nouvelle chose existe […]
          mais sûrement qu'il y en aura pour ne jamais comprendre qu'une seule chose existe
          on en restera donc là

il est fondamental que chacune d'entre nous avale sa langue de la connaissance une bonne fois pour toutes

          […] mais peut-être aussi qu'il y en aura pour penser que le nom
          n'est pas le nom de la chose […] et comme il sera notre seul nom on passera
          tout notre temps en vain à chercher il est le nom de quoi

          ce nom qu'on cherchera en vain
          sera le nom qui fera sens en vain pour nous

sera le nom calqué sur notre ignorance primitive en acte
notre ignorance exprimée, c-à-d perçue de tous excepté des morts
[…] l'ignorance, car c'est l'autre mot pour la pertinence de nos vies


Hourra Marinella

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

[ka] Aaron Mirkin Adham Alain Helissen Alessandro Bavari Alexa Wilding Alexandra Fontaine Alexandra Kalyani Alx P.op Angèle Casanova animation Annabelle Verhaeghe Antonella Eye Porcelluzzi Antony Micallef art contemporain Aziz Zaâmoune Baby Scream bande dessinée Benjamin Hopin Bissecta de Kinsâme Bruno FortuneR Catherine Estrade Catherine.P chanson Chloé Charpentier Chloé Wasp Chris Mars Christene Hurley Christophe Siébert Christopher Arcella Claire Hurrimbarte Claire Sauvaget Claire Von Corda Clara Engel clik vanzenovitch clip Cloud Seeding court métrage danse dessin Dim Media Dream of Electric Sheep Enki Ashes Erik Johansson Evan Scott Russell Florent Tarrieux Gabriel Henry Gaël Chapo graphisme Heart of Hearts Heeran Lee Hourra Marinella Hugo Dietür image izaniam zianam Jacques Cauda Jean-Christophe Liénard Jean-Paul Gavard-Perret Jean-Pierre Parra Jean-Sully Ledermann Kat Gogolevitch La Sucrerie Laurent Heller Le Manque Lettercamp c/o Escalofrio lithium idols a.k.a. david spailier littérature long métrage Lonz Lorem Louise Vertigo LWO malmo Marc-Henri Arfeux Marianic Parra Marissa Nadler Marjorie Accarier Maša Kores Miao Jiaxin Michel Meyer MorrisonDance Muerto Coco musique musique électronique My Own Cubic Stone Nadine Carina Nils Bertho Nina Paley No Way Out nobodisoundz nouvelle OBSCURESCENCE [Alain Detilleux] Odkali de Cayeux Olivier Warzavska (AKA Walter Van Der Mäntzche) Paola Suhonen peinture performance Philippe Jozelon Philippe Lamy photographie Pierrette Cornu poésie poésie sonore sancar dalman SandinoSéchiant Sandrine Deumier Scott Radke sculpture Sébastien Loghman See Real Snowdrops Sonologyst Stéphane Bernard Teklal Neguib texte The Chrysdoll Project The Physical Poets théâtre Thierry Théolier Totem Ullapul vidéo Vincent Motard-Avargues Vitriol Hermétique Wim de Vlaams Yann Hagimont Yentel Sanstitre Yod@